samedi 27 février 2010

Tarrus Riley - Cabaret Sauvage, Paris 12 février 2010

Suite au compte rendu publié ici même la semaine dernière, je vous propose de vous plonger dans la soirée grace à cette vidéo réalisée par mes potes de Live n Direct
Big up à eux!!


tarrus riley, duane stephenson, I-octane paris 12.02.2010
envoyé par live-n-direct. - Devenez voyeur avec plus de vidéos sexy.

samedi 13 février 2010

Tarrus Riley - Cabaret Sauvage, Paris 12 février 2010

Une semaine après sa première venue à Paris, le plateau Tarrus Riley & The Black soil band faisait son retour d'une manière plutôt feutrée dans la même salle, le Cabaret Sauvage. Feutrée? Aux vues du nombre de personnes présentes, leur venue n'a que très peu eu de retombées médiatiques. Il faut dire que le nombre de concert en ce début d'année est pléthorique (pas moins de 10 grosses têtes d'affiche en 2 mois!). Quoi qu'il en soit, Mediacom a profité de ce wee-end de la saint Valentin pour nous amener l'un des plus fiers représentant de la nouvelle vague de chanteur reggae : Tarrus Riley. Le plateau artistique est impressionnant avec Dean Fraser en guise de chef d'orchestre, Duane Stephenson et I Octane comme première partie. Et comme on dit : "Accrochez vos ceintures, préparez-vous au décollage"!

Le début du show a lieu peu après 19h30 où Dean Fraser comme à son habitude propose une intro musicale (saxophone) puis vient le tour des choeurs. 3 titres partagés entre eux. Duane Stephenson est appelé. Cet artiste, peu reconnu dans notre pays, a pourtant à son actif un album ainsi que plusieurs textes pour des artistes tels Luciano, Jah Cure ou ...Tarrus Riley. Cet artiste a des intonations proches d'un Lucky Dube ou d'un Peter Tosh lorsqu'il joue sur sa voix. Impressionnant d'aisance il va nous distiller de purs titres conscients tels "Love ina di city", "Mr B" ou un magnifique et intelligent "black gold" ("Vous avez échangé votre âme contre de l'or noir"). Puis viennent les magnifiques "August town" et "Cottage in Negril" à l'origne de Tyrone Taylor. Après 25 minutes il quitte la scène sous de timides applaudissements.

I Octane est annoncé par Dean Fraser. Jeune artiste il vient dans un style beaucoup plus marqué dancehall et ses premiers titres prennent vite le public, désireux de bouger. Pêle mêle, nous entendons "Nuh a Dem Nuh Frighten We", "Mama You Alone" ou "Blood Shed". Mais après quelques morceaux, il se lance dans des rythmes plus nyabinghi ou du one drop très lent. Ceci a pour effet immédiat de lasser le public qui délaisse le dancefloor.

Vient le moment que tout le monde attendait : Tarrus Riley!!
Son arrivée sur scène est toute calme. Il nous assène d'un "Who Jah bless, no man curse" avant de débuter son "Lion Paw". Ce rythme nyabinghi et sa voix sont une combinaison touchante et puissante. Le riddim de "Love's contagious" retentit pour le plus grand plaisir des lovers.
Un des moments les plus forts de ce concert a été le medley qui suit. Le Cabaret Sauvage, bien que peu rempli, s'est soulevé aux sonorités du Black Soil Band!

Getty getty no wantee en medley avec Start a new :


Reste du concert :
06 - Human Nature
07 - Micro Chip
08 - System set
09- Parables
10 - Beware
11 - Trap setter
12 - Far away
13 - Something strong > soulmate
14 - Cold kisses
15 - Young heart
16 - Stay with you
17 - She's royal
18 - Good girl gone bad

Ce qui impressionne c'est son aisance sur scène : Ses incursions dans d'autres styles, la communication avec l'audience, ses improvisations lyricales (comme sur "start a new" par exp.).
Comme vous pouvez le voir, une grosse sélection de tunes de son nouvel album ou des medley rapidement expédiés. Son concert était tellement rythmé que l'heure (eh oui si peu!) est passé d'une traite. C'est peut-être le seul reproche à faire à son show : Une succession de medley rapide. Mais bon, là c'est du chipotage.

Au final, tout le monde est ressorti ravi de ce concert spécial St Valentin. Tarrus Riley a mis çà TRES haut, le dressant comme artiste majeur de la nouvelle vague. Duane Stephenson et sa voix de velour a su imposé son message conscient d'une manière touchante. I Octane, bien que jeune pousse, a pour sa part été plutot décevant avec ses passages one drop/slow. A voir dans le futur.
Et comme on dit : "Les absents ont toujours tort".
Vivement le retour de Tarrus à Paris....ou pour les festivals estivaux :)

Tony Rebel & Queen Ifrica - Elysée Montmartre, Paris 07 février 2010

Nous avons rendez-vous en ce dimanche soir avec le vétéran Tony Rebel et sa petite protégée "Fyah Muma", Queen Ifrica. Cette dernière est encensée par les médias et ses concerts sont toujours l'occasion de constater que la gente féminine ne démérite pas comparé à certains artistes. Au contraire, elle peut se targuer d'en surpasser!
Ce soir, l'Elysée n'est pas complet (loin de là) et les fameux rideaux noirs sont tirés. Peu importe, le show peut commencer!


Aux alentours de 20h30, le C-Sharp Band s'installe et joue un riddim des Wailers (tiens, bizarre! :)). Queen Ifrica est annoncée le public présent pour cette "rising star" est bel et bien là pour elle. Elle fait une superbe entrée sur "Yad to the east" façon nyabinghi de son dernier album 'Montego Bay'. L'accueil du public est plus que chaleureux celà laisse présager du meilleur.
elle enchaîne avec 'Mi Nah Rub' et 'Natty fi grow', pull up obligatoire sur les deux morceaux avec des réponses bruyantes du public qu'elle réussit à chauffer facilement.



ps : Merci à Nounours pour les vidéos!

Mais alors que tout se passe pour le mieux, la Queen nous lache un "hold on" et s'enfuit sans raisons aucunes! Elle laisse le C-Sharp se démener et Chavaugh prend le lead au chant! Il meuble comme il peut et se voit confronter à une situation caucace! Le public reste ébahit et ne comprend pas ce qu'il se passe!!
Il faut attendre Tony Rebel pour comprendre ce qu'il se passe : Queen Ifrica a pris froid la veille et ne se sentait pas bien (gastro visiblement). Ahhhh!! quelle frustration quand même (aussi bien pour nous que pour elle)!!

Passons donc au Rebel. Son show est habituel à la limite de l'asseptisé et pendant plus d'une heure il va reprendre ses classiques tunes et ses medleys tribute aux artistes jamaicains. Tout le monde y passe : Il entonne du Berres Hamond, du Inner Circle, du John Holt (A love I can Feel), etc. Pas mal de petits speechs entre chaque titre où il s'exprime sur la musique jamaicaine, la weed (avec ses titres "fresh vegetable" et "sweet aroma").
Le moment le plus intense a été lorsque celui-ci a repris le sur-puissant "Chant down Babylon" en mémoire de Yabby U. Egalement une spéciale pour le Tribute to Garnett Silk avec "Spashing Dashing".
Afin de réconforter les fans de Queen Ifrica, il reprend son "Lioness On the rise" , mais le résultat n'est pas le même. Il faut se rendre à l'évidence : Elle ne reviendra pas!
Il est près de 22h30, le dernier titre sera "Forever Loving Jah", habituellement joué en duo avec Queen Ifrica sur la tournée où Chavaugh le rejoint.

En conclusion, une soirée très agréable, bien que la déception de ne pas voir Queen Ifrica est belle et bien présente. Tony Rebel avec son hommage à Yabbi You a réellement fait un bon show, bien que toujours inscrit dans la continuité (le même depuis les 90's en fait!!).
A quand la session de rattrapage Fyah Mumma?!

vendredi 5 février 2010

Agenda concert - Paris février/mars

Après son dernier passage parisien, Tarrus Riley revient au Cabaret Sauvage le 12 février prochain pour un concert "Valentine's reggae party" : Les bredren accompagnés de leur copine feront profiter à cette dernière d'une place gratuite. Quand on rajoute I Octane et Duane Stephenson, il n'y a qu'une seule solution : Y courrir!!





Lee Perry fête son anniversaire à l'Elysée Montmartre avec des invités de marque : The Congos, Max Romeo et Adrian Sherwood. Pour tous les amoureux du roots et du personnage le plus décalé de la planête reggae, n'hésitez pas une seconde!